Article

Les nouvelles alternatives aux applications natives

Dans cette série de trois articles nous allons explorer trois alternatives aux applications mobiles que nous utilisons de moins en moins : les applications native.

  • Pour commencer nous analyserons pourquoi l’engouement pour les applications natives est en train de s’effriter et d’être supplanté par une solution intermédiaire : les progressives web apps.
  • Puis nous analyserons la nouvelle tendance de fond des applications de demain : les chatbots carburant ou non à l’intelligence artificielle et au Big-Data.
  • Et pour finir cette série d’article nous prendrons l’exemple de l’application révolutionnaire de l’empire du milieu : WeChat en passe d’ébranler le duopole Google/Apple et de leurs marketstores d’applications.

Alors Progressive Web Apps, Chatbots et le cas WeChat le signe de la fin du règne des applications natives et du numérique que nous connaissons aujourd’hui ou simple effet de mode ? Réponse dans cette série d’articles.


Via fredcavazza.net

Les progressives web apps : solution miracle face à la fin de l’engouement pour les applications natives ?

Introduction

Une nouvelle fois l’informatique et son miroir grand public, Internet, sont entrain de connaître une profonde transformation. La décennie IPhone (2007–2017) avec ses applications pour presque tout est entrain de toucher à sa fin et les metrics que nous allons voir dans la suite de cet article en attestent.

Les utilisateurs demandent toujours plus de services numériques mais sont de plus en plus réfractaires à acheter une panoplie d’appareils électroniques. Comme ils sont de plus en plus réticents à utiliser de multiples applications pour satisfaire leurs besoins digitaux.

Les startups et les grands groupes de la tech l’ont bien compris. Avec leurs modes d’organisations en plateforme autour de projets disruptifs, ils développent les produits et services de demain pour nous donner toujours plus de technologie tout en la rendant de moins en moins indolore et visible.

Bonjour alors aux chatbots, assistants virtuels, progressives apps et autres solutions technologiques dopées à l’intelligence artificielle. Adieu à la multiplicité des gadgets technologiques en tout genre, aux applications natives et à de la tech mal-optimisée complexifiant l’expérience utilisateur.

La diffusion d’internet dans nos usages s’est transformé à la vitesse de la lumière et cette invasion est exponentielle. Sommes-nous entrain de connaitre une nouvelle décennie redessinant les usages mobiles et le paysage des acteurs mondiaux du numérique.

1. La lassitude des utilisateurs de smartphones pour les applications natives

Selon une étude de ComScore (2016 Global Digital Future in Focus), sortie en juin 2016 : « 65,5% des utilisateurs de smartphones ne téléchargent plus du tout d’applications. Seuls 17,3% en téléchargent une ou deux par mois, et ils sont à peine 2,4% à en télécharger plus de 8 ». Des chiffres qui donnent froid dans le dos mais qui peuvent s’expliquer au niveau du modèle des applications de moins en moins « user friendly ». Ce n’est pas mieux concernant les ventes de smartphones. En effet selon Gartner, les ventes de smartphones n’ont progressé que de 4,3 % au deuxième trimestre en 2016.[2] Cette progression est faible comparée à croissance à deux chiffres de ce marché il y a, à peine deux-trois ans. qui souhaitent de la nouveauté et de la praticité dans leur expérience digitale au quotidien. Sans un changement profond de paradigme, ils n’utiliseront qu’un pourcentage infime des possibilités de leur smartphone et délaisseront les autres possibilités mal optimisées et mal conçues.

Le ralentissement de cet engouement est simple, les utilisateurs de smartphones sont de moins en moins intéressés par la taille de l’écran, la puissance du processeur ou encore la qualité de l’appareil photo. Ils sont de plus en plus nombreux à recourir au marché d’occasion (de deuxième voir troisième main). Les services comme le marché des applications natives est lui aussi en train d’être chamboulé par ces nouvelles attentes d’utilisateurs habitués depuis une décennie au smartphone.


Her, le film qui donne une vision de simplicité de la technologie

Avant d’analyser les problèmes inhérents aux applications natives devenus insurmontables rappelons à quoi cela renvoie exactement :

Une application native est une application mobile programmée sur un système d’exploitation spécifique (iOS ou Android). Le développement de ces applications vient grossir l’offre existante d’applications permettant de résoudre l’ensemble des problèmes des utilisateurs sur les market-stores accessibles via smartphone ou tablettes (l’App Store et le Google Play).

Le problème aujourd’hui c’est que les smartphones et autres tablettes sont surchargés. Pour beaucoup l’utilisation d’une nouvelle application volumineuse passe par la suppression d’applications déjà sur le téléphone ou de contenu plus personnel (photos, musiques, messages etc..) Le frein aux nouveaux téléchargements est donc énorme et oblige bien souvent les usagers à l’immobilité et n’aidant pas la découverte pas de nouvelles solutions.

2. Des statistiques qui poussent à transformer les business models existants


Face à au blocage de l’innovation et de l’expérience utilisateur, il n’en fallait pas plus aux entreprises technologiques pour trouver des solutions, peut être temporaire pour refaire adhérer l’utilisateur. Le smartphone a toujours été une fenêtre ouverte sur les nouveaux produits et services disponibles. Un réenchantement est donc nécessaire et est en train de se produire.

Le « progressive web apps » lancé par Google sur Google chrome et Android Mobile vise à proposer une solution hybride (entre application native lourde mais exhaustive et site web sur navigateur mobile léger mais non-exhaustif). L’exemple d’AliExpress (E-commerce de Alibaba) dans cet article Medium montre bien la capacité du progressive web app à être une bonne alternative aux applications natives. C’est la solution pour contrebalancer les faiblesses des applications natives (pas de téléchargement, des notifications et une présence sur l’écran du smartphone).

Depuis 2015, Google pousse en effet ses utilisateurs de smartphones Android à télécharger des progressives web apps (un espace de stockage de 0,1 Mo est suffisant par rapport aux 100 Mo en moyenne pour une application native).


Google a développé une fonctionnalité nommée Instant Apps. Le principe de la solution est qu’au moment qu’une personne sélectionne une page internet dans sa recherche web, il soit directement dirigé vers une application où il ne téléchargera qu’une fraction (correspondant à son usage) de cette application.

Sur son site dédié aux développeurs, Google montre les bienfaits de sa solution d’applications hybrides en expliquant que 53% des usagers quittent un site internet si le contenu n’est pas chargé en trois secondes. Les progressives web apps sous l’impulsion de Google est en train de se développer principalement dans deux secteurs qui souffrent du ralentissement de la consultation du grand public de leurs services et produits sur mobile : les e-commerçants (Alibaba Express, Flikpart) et la presse internationale digitalisée.

L’IOS de Apple offre aussi cette possibilité d’ajouter des sites web sur l’écran Home, mais les possibilités sont beaucoup moins importantes. Apple n’a pas intérêt à faire de l’ombre à son App Store alors que Google a tout intérêt à pousser le web au détriment de ses applications sur son marketstore pour la simple raison que Google tire encore 99,8 % de ses revenus de la publicité en 2017.

Conclusion :

Le marché du smartphone et de ses applications mobiles souffrent, la fin d’un règne d’une décennie, celle de l’IPhone et de ses copies/améliorations est bien en train de se terminer. Les progressives web apps sont une solution que des géants comme Google et à moindre mesure Apple ont trouvé pour maintenir la croissance modérée d’un marché qui devrait connaître des chamboulements beaucoup plus profonds que ces applications hybrides dans les prochaines années.

Nous pouvons voir dans les progressives web apps une solution intermédiaire et rapidement déployable bien plus qu’une solution idéale pour ré-enchanter le smartphone et sa capacité à proposer des solutions innovantes pour résoudre les problèmes de l’Homme dans son quotidien.